entreprise

Reprendre une entreprise est une solution judicieuse. Une étude a démontré que les entrepreneurs qui choisissent cette option ont 95 % de chance pour développer son affaire. Pour mener à bien son projet, l’entrepreneur doit passer par quelques étapes essentielles. Il doit également s’informer sur les possibilités de financement du projet de reprise entreprise, ainsi que les démarches à réaliser auprès de l’administration.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Quel est l’intérêt de la reprise d’entreprise

En reprenant une structure existante, le nouveau dirigeant de l’entreprise dispose de moyens techniques et humains opérationnels. D’une part, il s’épargne du processus de recrutement des salariés et dispose des infrastructures nécessaires (locaux de travail, fournitures informatiques, mobilier,…) pour travailler.

La reprise d’une entreprise permet aussi au chef d’entreprise de récupérer le carnet d’adresses de l’enseigne. De ce fait, les ressources et le temps à allouer pour la prospection de clientèle seront moins importants. Vous pourrez aussi avoir à votre disposition tout le contact des fournisseurs et des partenaires de l’entreprise. De cette manière, vous n’aurez plus besoin d’entamer des démarches pour améliorer la relation.

Sachez qu’une entreprise forte de plusieurs d’années d’expérience aspire la confiance des établissements financiers. Elle sera en mesure de présenter des données financières fiables (bilans, comptes de résultats permettant de prouver sa rentabilité. Dans ces conditions, le dirigeant aura plus de chance d’obtenir un prêt.

Comment reprendre une entreprise ?

Qu’il s’agisse de la reprise d’une entreprise artisanale ou d’un commerce, le projet nécessite une longue préparation. Voici les étapes clés qu’il faut absolument mettre en œuvre pour le rachat d’entreprise :

La préparation du projet

Il est important de se concentrer sur l’étude de faisabilité du projet avant de se lancer. Pour cela, l’entrepreneur doit :

  • évaluer les points forts et les points faibles de la reprise d’entreprise ;
  • identifier le type d’activité à cibler ;
  • réaliser une étude de marché.

L’évaluation de l’entreprise à reprendre

Cette étape est nécessaire pour déterminer si la reprise d’entreprise est réellement rentable. Dans la mise en œuvre de cette étude, le futur dirigeant doit prendre en compte :

  • la part de marché de la société ;
  • sa clientèle ;
  • son organisation.

Avec tous ces éléments, vous serez en mesure de déterminer les chiffres d’affaire de l’entreprise dans les mois à venir.

Le rachat de l’entreprise

Le repreneur doit constituer son dossier de reprise, et déterminer la stratégie à adopter pour le maintien des activités de la structure à acquérir. Il est également primordial qu’il choisisse une solution de financement pour lancer ses affaires.

Pour que la reprise ait une valeur juridique, il est essentiel que les parties prenantes arrivent à trouver un compromis et finalisent le processus par l’élaboration d’un protocole d’accord.

Au final, la reprise d’entreprise devra se solder par la signature de l’acte de cession proprement dit. Il est également important de s’informer sur les obligations du vendeur dans le cas de la reprise d’un fonds de commerce.

Quelles sont les aides à la reprise d’entreprise

La recherche de financement est un des paramètres qui garantissent la réussite du projet de reprise d’entreprise. Des allocations financières sont mises en place par l’administration pour monter une activité entrepreneuriale.

Les aides sociales

Parmi les aides sociales, il est possible de citer l’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise ou ACCRE. Elle prend la forme d’une exonération des charges sociales (allocation familiale, cotisation vieillesse, cotisation maladie) pendant un an.

Pour en bénéficier, il est impératif de remplir les conditions suivantes :

  • être demandeur d’emploi
  • être âgé de 18 à 25 ans
  • être licencié
  • avoir le statut d’autoentrepreneur ou être à la tête d’une entreprise individuelle
  • détenir 50 % du capital de l’entreprise

Les aides en matière d’accompagnement

Certaines personnes qui projettent de reprendre une entreprise peuvent bénéficier du dispositif Nacre, ou du nouvel accompagnement à la création ou à la reprise d’entreprise.

Il s’agit d’un accompagnement d’une durée de 3 ans pour la réalisation des démarches liées à la reprise d’entreprise, notamment :

  • le montage de projet ;
  • la structuration financière ;
  • le démarrage de l’activité.

Les aides financières

Les aides peuvent également prendre la forme d’une allocation financière. Ce financement sert à renflouer l’apport personnel du repreneur.

Avec l’ARCE ou l’aide à la reprise ou à la création d’entreprises par exemple, l’entrepreneur percevra alors 45 % du montant du reliquat de ses allocations chômage pour constituer son capital.

La reprise d’entreprise est une option pour lancer son activité. Si elle présente des atouts non négligeables, c’est un projet qui se prépare minutieusement.