harcèlement

Le Harcelement moral peut également faire place au harcèlement moral famille ou harcelement dans le couple. Ce type de harcèlement moral en famille peut être particulièrement difficile à déceler.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Harcèlement moral en famille, définition

Le harcelement moral désigne :

  • Des actes
  • Des paroles
  • Des comportements

Tous répétés et ayant pour but uniquement de nuire et de dégrader les conditions de vie de l’autre. S’il peut prendre diverses formes, le harcelement moral est, le plus souvent, pratiqué dans la sphère professionnelle. Mais de plus en plus, la justice et les associations prennent la mesure du harcèlement moral famille qui intervient lui dans l’espace privé.

Le harcelement moral famille ou harcelement dans le couple se joue bien souvent à huit clos et le manipulateur ou la manipulatrice, comme pour les violences physiques présente un tout autre caractère en public. Il est donc très difficile pour les victimes de s’identifier comme telle et de mettre les mots de harcelement moral sur ce qu’elles vivent.

Pour autant, lorsque les

  • Vexations,
  • Brimades
  • Humiliations
  • Le chantage

Sont des choses quotidiennes, on peut parler sans nulle doute de harcèlement moral famille. Les professionnels, y compris les juges ont encore du mal à définir exactement le harcelement en famille ou le harcelement dans le couple, mais de plus en plus d’indicateurs montrent que cette notion de harcelement moral en famille est entrée dans le vocabulaire collectif.(Obtenez l’aide d’un avocat spécialisé)

Harcèlement moral famille : la loi

Harcelement moral:

Il existe une punition typique pour le harcèlement moral famille, en plus de la notion de harcelement moral dans le couple (conjugale) équivalente au harcelement Harcèlement moral en famille: vous en protégermoral. Cela peut être sévèrement punit pas la loi, soit 2 ans de prison et une amende de 30 000 euros pour le harcelement moral

Harcelement moral en famille:

Pour le harcelement dans le couple la justice associe cela à des violences conjugales. Le harcelement moral en famille est donc punit de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Il est également possible de demander des dommages-intérêts en cas de harcelement moral en famille.

Le harcelement moral ou le harcèlement moral famille est un délit qui connait cependant un délai de prescription. Une victime a trois ans pour porter plainte ou se faire connaître à la justice en cas de harcelement moral ou de harcèlement moral en famille. Passé ce délai, les faits ne peuvent plus être poursuivis devant la justice.(Obtenez l’aide d’un avocat spécialisé)

Harcelement moral : la procédure

Pour déclencher une procédure, la première chose à faire est de réunir toutes les preuves possibles tendant à prouver la réalité du harcelement moral en famille. Cela peut être :

  • Des écrits
  • Des témoignages
  • Des photos/vidéos

Le harcèlement moral est difficile à prouver, le harcèlement moral famille l’est encore plus. Porter plainte est une première étape qui sera suivie de nombreuses autres. Lors de la plainte pour harcelement moral il est impératif de décrire précisément les faits, de ne pas perdre dans les détails, mais d’être le plus clair possible.

C’est toujours à l’accusateur d’apporter la preuve d’un harcelement moral en famille ou d’un harcelement dans le couple.

La justice est sensible au fait que des actions répétées (réprimandes, vexations, humiliations…) provoquent chez l’autre une altération de sa santé mentale. Une dépression, des symptômes de stress ou d’angoisses peuvent démontrer un harcèlement moral en famille ou un harcelement dans le couple.

Si le harcelement moral en milieu professionnel se retrouve de plus en plus devant les tribunaux, le harcèlement moral en famille est un délit reconnu, punissable par la loi mais qui reste encore tabou et difficile à prouver.(Obtenez l’aide d’un avocat spécialisé)

Attention ! Ce harcelèment moral famille n’est pas réservé au couple, mais peut également toucher un enfant mineur. Dans ce cas précis, c’est à son entourage (scolaire, amis, famille) de faire un signalement si le mineur victime de harcelement moral ne peut s’exprimer lui-même. Ce sera ensuite au juge des enfants de prendre une décision.