Il peut parfois être difficile pour une victime de harcèlement de comprendre et de reconnaître l’injustice de sa situation. En effet, le harcèlement, qu’il s’agisse de harcèlement psychologique ou de harcèlement au travail, peut prendre tellement de formes qu’il est parfois difficile de l’identifier. Pour que vous puissiez mieux comprendre ce principe, et donc éviter les situations de harcèlement, Info Juri vous en dit plus sur ce phénomène qui peut se répandre sans que même les victimes n’osent porter plainte.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Qu’est-ce que le harcèlement ?

Le harcèlement consiste en une foule d’oppressions, qu’elles soient physiques ou morales, de la part d’une personne ou d’un groupe sur une autre personne. On reconnait le harcèlement psychologique à partir du moment où les actes hostiles sont fréquents et répétés.

Le harcèlement peut prendre sa source du statut social de sa victime, mais aussi de son sexe, de son orientation sexuelle, de sa couleur de peau, de sa religion, etc. Le harcèlement au travail est un type de harcèlement fréquent, qui prend souvent sa source dans les rapports entre employé et employeur. Le droit du travail s’attache à sanctionner sévèrement le harcèlement au travail.(Posez directement vos questions à un avocat spécialisé)

Les différents types de harcèlement

Le harcèlement est défini par son caractère fréquent, mais peut prendre de multiples formes :

  • Le harcèlement physique : toute forme de violence peut entrer dans la notion de harcèlement physique, depuis les coups et les gifles, en passant par le vol et le racket, mais aussi les gestes déplacés. Il s’agit d’un type de harcèlement fréquent à l’école, au collège et au lycée, mais il est rare qu’il s’applique dans le monde du travail.
  • Le harcèlement moral : le harcèlement moral (ou harcèlement psychologique) est plus difficile à prouver, car plus discret. Il s’agit ici de l’application d’une violence verbale et psychologique. Le harcèlement moral a souvent pour effet de dévaloriser sa cible, et de faire baisser son estime de soi.

Il est possible de subdiviser le harcèlement psychologique en trois catégories :

  • Le harcèlement verbal : il consiste en une violence verbale continue, et peut s’exprimer par l’utilisation de surnoms dévalorisants ou d’insultes.
  • Le harcèlement sexuel : il consiste en des gestes déplacés et des provocations d’ordre sexuel. Le harcèlement sexuel peut consister en des gestes et des actions, et est alors évident, mais peut également se traduire par des mentions constantes à la sexualité ou à des provocations.
  • Le harcèlement émotionnel : enfin, le harcèlement émotionnel se traduit par des humiliations répétées, parfois en face d’autres personnes. Il s’agit souvent de dévaloriser une personne ou de chercher à la pousser à faire des choses qu’elle ne veut pas faire, notamment par le chantage.

Le harcèlement moral est visible aussi bien auprès des enfants et dans les lieux scolaires qu’entre adultes, dans le monde de l’entreprise. On parle alors de harcèlement au travail. Les employés sont souvent victimes de harcèlement au travail de la part de leur employeur, et on malheureusement très souvent peur d’en parler à leur entourage, car ils se sentent eux-mêmes dévalorisés ou ont peur de perdre leur emploi.

Le harcèlement et le droit français

Le harcèlement est largement abordé par le droit français. Il a fait son entrée dans le code du travail et dans le droit pénal grâce à la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002. Sont notamment sanctionnés le harcèlement moral et le harcèlement sexuel.

Le harcèlement moral est considéré comme un délit spécifique par la loi française, et peut être sanctionné de 50 000€ d’amende et d’une peine de trois ans de prison. Le délit de harcèlement sexuel a quant à lui été abrogé, car considéré comme contraire au principe de légalité des délits et des peines.

Dans le code du travail, le harcèlement moral est très souvent évoqué dans des cas de licenciement abusif. Il est fréquent que d’anciens employés dénoncent une situation de licenciement comme l’aboutissement d’un processus de harcèlement moral. Voilà pourquoi un employé qui se sent victime de harcèlement ne doit pas hésiter à contacter un avocat du travail, par exemple en contactant son syndicat.

Une question? Des avocats spécialisés vous répondent ! >>

Un reportage sur le harcèlement au travail

Voici un reportage traitant de tous les cas de harcèlement au travail et vous offrant toutes les réponses à vos questions