droit de la route

Ayant toute l’expertise nécessaire pour ce qui est de la question du droit routier, l’avocat spécialisé là-dessus est un professionnel très demandé pour tous litiges juridiques y afférant. Découvrez dans cet article que recouvre concrètement le terme avocat permis de conduire ? Quelles sont ses tâches ou autrement dit dans quelles circonstances lui fait-on appel, ses rôles et intérêts? Puis finalement quels sont ses honoraires moyens ?

Posez vos questions directement à un avocat >>

L’avocat en droit routier : qui est-il ?

Homme de loi spécialisé dans le droit et plus particulièrement versé dans le droit routier, cet avocat est chargé d’assister, de défendre, et de conseiller son client pour les questions juridiques qui ont trait à son domaine. Dans un procès l’avocat en droit routier peut être placé du côté de la partie demanderesse ou de celle défenderesse.

Ainsi dans le premier cas, il fera montre d’une action de défense et utilisera tous les moyens à sa disposition pour que son client gagne face à un litige. Dans le second cas, il sera chargé de faire en sorte que son client s’acquitte de toutes les pénalités possibles, d’obtenir pour lui gain de cause et dans le meilleur des cas il pourra aussi envisager l’éventualité de retourner la plainte contre la partie adverse pour toucher le remboursement des dommages.

Hormis lors d’un procès, comme on l’a évoqué, l’avocat en droit routier est aussi sollicité pour des questions d’assistance. Auquel cas, on fera par exemple recours à lui pour la rédaction de certains actes ou pour porter son assistance lors d’une audition d’un client au niveau d’un commissariat. Finalement pour ce qui est de sa mission de conseil, il interviendra de ce côté pour simplifier un maximum les procédures à suivre niveau formalités, respect des délais, juridictions à consulter, etc, auprès de ses clients.(Demandez à être contacté par un avocat spécialisé en droit routier)

Quelles tâches principales incombent à un avocat en droit routier ?

Avocat du code de la route si l’on puis le dire comme cela, l’avocat en droit routier connaît sur le bout de ses doigts toutes les infractions inhérentes au code de la routes. Principalement, il sera ainsi chargé de défendre des clients victimes d’une conduite en état d’ivresse d’un chauffard, d’excès de vitesse, de ces prévenus, ou de clients arrêtés pour conduite sans permis auquel cas l’infraction est passible d’une lourde amende (jusqu’à 15 000 euros) ou d’une peine d’emprisonnement (de 1 à 45 jours).

Pour les clients incriminés pour des contraventions au code de la route

Dans le contexte de contraventions au code de la route,  l’avocat aura pour rôle au moyen de tous ses recours légaux, de suspendre les décisions quant à ces diverses infractions.

En cas de dommages corporels des victimes

Par contre, lorsqu’il y a des dommages corporels, la tâche s’avère souvent plus ardue et le rôle de l’avocat sera une mission d’intervention auprès des assurances et des tribunaux concernés pour obtenir à son client le meilleur remboursement par rapport aux frais de soin qu’il aura dû engager.

Dans le cas d’un procès pénal faisant suite à un accident

Pour ces circonstances, le rôle de l’avocat se limitera à l’assistance et à la défense de son client dans toutes les étapes au niveau des juridictions pénales.

Quels honoraires faut-il prévoir pour un avocat en droit routier

Pour ce qui est des honoraires que vous devrez débourser pour bénéficier des services d’un avocat spécialisé en permis de conduire, sachez que ceux-ci sont toujours discutés en amont de chaque intervention. Toutefois pour vous donner une idée des tarifs qui sont pratiqués par ce type d’avocat, (sachant que les honoraires peuvent être très variables et sont en général forfaitaires) sachez que pour une récupération de permis de conduire, cas très fréquent pour lequel on fait appel à l’avocat en droit routier, les honoraires peuvent s’envoler jusqu’à 1900 euros. Une belle somme, il faut dire.

Toutefois, il faut relativiser en sachant que les honoraires peuvent parfois étudiés d’un commun accord entre l’avocat et son client dépendamment de la situation financière de ce dernier et de l’étendue des tâches que le premier aurait à effectuer pour son compte.