Téléphone au volant

Bien qu’il s’agisse d’une infraction grave, beaucoup de conducteurs bravent toujours la loi en utilisant leur téléphone au volant. Pourtant, cette mauvaise habitude est souvent la cause de nombreux accidents matériels et corporels, parfois même mortels. Rien que l’année dernière, il a été recensé près de 6443 accidents routiers causés par l’usage d’un smartphone au volant. Face à ce constat, la préfecture et la Sécurité routière sonnent la sonnette d’alarme.

L’importance de se déconnecter en étant au volant

L’utilisation d’un dispositif mobile au volant est trop souvent banalisée. Or, leur usage fait fortement baisser la concentration du conducteur. Malgré la conscience du danger, les Français maintiennent cette mauvaise habitude qui pourtant peut avoir de graves conséquences.

Selon une étude, près d’un quart des conducteurs déclarent avoir déjà eu une expérience traumatisante par l’utilisation d’un smartphone au volant. En outre, près de 70 % d’entre eux avouent être favorables au renforcement des mesures pour lutter contre l’utilisation du téléphone en situation de conduite.

Pourtant, il faut savoir que l’utilisation du téléphone au volant donne lieu à une contravention de 4e classe. À ce niveau, le conducteur peut se voir infligé d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 €. Mais peut aussi se faire suspendre son permis de conduire. Néanmoins, il est possible d’alléger la pénalité en sollicitant un avocat du droit automobile. Mais dans tous les cas, il s’agit d’une pratique à éviter.

Voici 2 règles d’or de sécurité routière pour cesser cette pratique :

1.     Se déconnecter en conduite

En conduite, il est impératif de laisser son téléphone afin de garder sa concentration sur la route. Le mettre en mode avion est d’ailleurs un excellent réflexe, car cela permet de bloquer les appels et les notifications. D’ailleurs, il existe des applications pouvant mettre le téléphone automatiquement en veille lorsqu’on est au volant. Celles-ci sont particulièrement indispensables pour encourager à se concentrer sur la route.

2.     Raccrocher si son interlocuteur conduit

« Tu conduis, je raccroche ». Un nouvel adage lancé par la Sécurité routière pour lutter contre le fléau du téléphone au volant. Cela dit, la prise de conscience concerne aussi ceux qui ne sont pas en train de conduire. Dans le cas où l’automobiliste est accompagné, celui-ci peut demander à son passager de prendre l’appel ou de répondre aux messages. Sinon, la personne qui appelle peut suggérer de rappeler quand le conducteur se trouve dans un lieu sécurisé.

Quelques chiffres à considérer pour prendre conscience de ce danger

Afin de mieux comprendre l’importance de raccrocher le téléphone au volant, voici quelques chiffres clés :

  • L’utilisation du téléphone en conduite multiplie par 3 le risque d’accident matériel ou corporel.
  • Il y aurait près d’un accident routier sur dix qui serait lié à l’utilisation d’un téléphone au volant.
  • Lire un message augmente le risque d’accident de la route par 23.
  • Il suffit de regarder son téléphone durant 5 secondes pour parcourir près de 70 mètres à vive allure.
  • Il a été recensé près de 5380 infractions en 2021 et 6443 en 2022 sur l’utilisation du téléphone au volant.
  • Au volant, le temps de réaction par rapport à la distance de freinage augmente de 33 %.
  • Le champ de vision du conducteur est réduit de 30 % avec un téléphone au volant.
  • Le niveau de contrôle du véhicule baisse de 20 %.

Ce que dit le Code de la route

Pour rappel, il est strictement interdit de conduire tout en ayant un téléphone portable à la main, et encore moins de le consulter et de le manipuler. Cette infraction est passible d’une amende de 135 euros ainsi que 3 points de moins sur le permis de conduire. Il ne faut d’ailleurs pas omettre la possibilité d’une suspension du permis du conducteur.

Utiliser un appareil ayant une fonction autre que d’aider le chauffeur à la conduite dans son champ de vision est passible d’une amende forfaitaire pouvant aller jusqu’à 1500 euros. Cette infraction conduit aussi à un retrait de 3 points au permis de conduire.

Enfin, contrairement à ce que l’on pourrait croire, un kit mains libres ou un dispositif Bluetooth n’est également pas autorisé. Cette interdiction s’étend d’ailleurs à tous les véhicules à moteurs, et même aux cyclistes. Au risque de s’infliger une amende forfaitaire de 135 euros et d’un retrait de 3 points, mieux vaut éviter ces dispositifs. Seules les voitures disposant d’un système Bluetooth permettant de répondre aux appels intégrés dans l’habitacle sont autorisées. En effet, il ne requiert aucune manipulation susceptible de déconcentrer, d’où la possibilité de les utiliser. Découvrez ce que vous pouvez faire suite à une perte de permis.