Au bord d'abandonner son poste

Si un employé cesse de se présenter à son poste durant une certaine durée, l’employeur pourra réfléchir à mettre en place un licenciement pour abandon de poste. Mais, vous vous en doutez, ce type de licenciement nécessite toute une procédure, et mieux vaut y être préparé. Les experts de Info Juri vous disent tout sur l’abandon de poste et ses spécificités.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Qu’est-ce que le licenciement pour abandon de poste ?

L’abandon de poste, comme son nom l’indique, est le fait pour un employé de ne plus se présenter au travail de manière spontanée. Naturellement, cette démarche peut vite entraîner des difficultés pour ledit employé, à commencer par une suspension de son salaire, puis un licenciement pour abandon de poste.

En cas d’absence injustifiée d’un salarié, un employeur pourra envisager l’envoi d’une mise en demeure après une semaine, puis entamer une procédure de licenciement pour faute grave, justifiée par l’absence de l’employé.

Ce qu’on appelle communément un licenciement pour abandon de poste est donc avant tout un licenciement pour faute grave, dont le motif est l’absence de l’employé.(Posez directement vos questions à un avocat spécialisé)

Que faire en cas d’abandon de poste d’un employé ?

Un employeur est souvent démuni face à l’absence non justifiée d’un salarié. En effet, difficile de savoir comment réagir si ce type de cas se pose pour la toute première fois. Voici la démarche à suivre pour un employeur qui constate l’absence de l’un de ses salariés :

  • Moins de 2 jours d’absence : la première démarche lors de l’absence d’un employé est bien sûr de l’appeler, lui ou sa famille, pour trouver une justification à son absence. Bien souvent, une journée d’avance est simplement le début d’un arrêt maladie.
  • Après 4 jours d’absence : si le salarié n’a toujours pas repris contact après 4 jours, l’employeur pour lui envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception. Cette dernière contiendra une mise en demeure de reprise de poste.
  • Après plus d’une semaine d’absence : si aucune réponse n’a été reçue après la mise en demeure, l’employeur peut engager une procédure de mise à pied et convoquer le salarié à un entretien préalable à son licenciement.

Il faut bien comprendre qu’un salarié absent une journée peut avoir de nombreuses raisons de ne pas justifier son absence. Néanmoins, quand on constate une absence d’une semaine sans aucun motif, il est important d’entamer rapidement un licenciement pour faute grave, sans quoi l’absence d’un employé ne pourra plus être considérée comme une faute.

Il faut noter que le versement du salaire d’un salarié absent peut être cessé. La fiche de paie devra mentionner la période d’absence injustifiée du salarié. L’employeur devra néanmoins verser tous les éléments de rémunération qui ne sont pas en rapport avec la présence de l’employé dans l’entreprise.(Posez directement vos questions à un avocat spécialisé)

Quels délais pour un licenciement pour abandon de poste ?

L’absence d’un salarié entraîne forcément un préjudice pour l’entreprise. De ce fait, il est primordial de réagir rapidement en cas d’absence injustifiée d’un employé. Ainsi, si l’employeur réagit plus de deux mois après l’abandon de poste, il ne pourra plus invoquer de licenciement pour faute grave.

De manière générale, l’employeur n’aura aucun intérêt à faire traîner les choses : le mieux est d’entamer la procédure une semaine et demie à deux semaines après le premier jour d’absence injustifiée.

Que se passe-t-il si l’employé reprend son poste après sa mise en demeure ?

L’employeur devra envoyer une mise en demeure au salarié absent, puis le convoquer à son entretien préalable au licenciement. Si le salarié reprend son poste juste après l’une ou l’autre de ces étapes de son licenciement, la procédure ne pourra plus avoir lieu.

En effet, un licenciement pour faute grave ne peut pas être prononcé si la faute n’est plus actuelle et que le motif de licenciement n’est plus valable. Néanmoins, l’employeur pourra transformer son licenciement en licenciement pour faute simple, et licencier l’employé en raison de son absence non justifiée.

Une question? Des avocats spécialisés vous répondent ! >>

Abandon de poste et indemnités de licenciement

Un salarié licencié pour abandon de poste ne pourra percevoir aucune indemnité, comme dans tout cas de licenciement pour faute grave. Il y aura néanmoins une exception si les conventions collectives indiquent que le licenciement pour faute grave n’entraîne pas la suspension des indemnités.

En revanche, un salarié licencié pour abandon de poste pourra tout à fait prétendre à l’assurance chômage auprès de pôle emploi.