mails frauduleux

Promesse de remboursements ou factures impayées, il n’est pas rare de recevoir dans sa boite mail des courriels d’organismes bien connus. Il s’agit d’une tentative de hameçonnage qui a pour objectif de voler des données personnelles. Pour ne pas être victime d’une arnaque internet, mieux vaut signaler ce phishing.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Qu’est-ce qu’un mail frauduleux ?

Un mail frauduleux est un mail qui usurpe l’identité d’un particulier ou d’un organisme en  reprenant tous les codes et la charte graphique d’un organisme public (impôts, sécurité sociale, CAF) ou d’une institution privée (banques, fournisseur d’accès internet). Ceux-ci sont souvent alarmistes ou prétendent au contraire que l’internaute destinataire de ce mail frauduleux va bénéficier d’un remboursement. Ces courriels sont faux. Il s’agit d’une arnaque internet baptisée phishing ou hameçonnage. L’objectif est de récupérer les données personnelles comme :

  • Le nom et l’adresse du destinataire
  • Les coordonnées complètes (téléphone, adresse…)
  • La date de naissance
  • Le numéro de sécurité sociale
  • Les coordonnées bancaires

 Voici 5 règles de base pour identifier un mail frauduleux :

  • Une entreprise ou un organisme public ne demande jamais de renseigner les logins et mots de passe par mail.
  • Une entreprise ou un organisme public ne demande jamais d’argent par mail
  • Vérifiez l’orthographe et la syntaxe du mail, généralement, la contrefaçon envoyée ne respecte pas ces règles essentielles
  • Vérifiez le mail de l’expéditeur
  • Si vous avez malgré tout un doute, appelez l’entreprise ou l’organisme pour vérifier la véracité du mail envoyé.

Attention ! Il ne faut dans aucun cas répondre ou transférer ce type de mail.(Posez directement vos questions à un avocat)

Hameçonnage : que faire ?

Il existe une plateforme internet mise en place par le gouvernement pour signaler le phishing : www.internet-signalement.gouv.fr. Cet outil permet aux internautes de signaler aux autorités compétentes aussi bien des contenus illicites que des mails frauduleux. Si vous pensez avoir été victime d’une arnaque sur internet via un hameçonnage, signalez-le immédiatement sur cette plateforme.

Ces signalements sont directement traités par un service de police compétent.

Il existe par ailleurs une association qui permet elle aussi de signaler un phishing. Il s’agit de www.phishing-initiative.com

Enfin, il est toujours conseillé de contacter les organismes dont l’identité a été usurpée et été  utilisée dans un mail frauduleux pour leur signaler ce phishing. Par prudence, il est plus prudent de modifier ses identifiants.

Enfin, il est également conseillé de vérifier ses comptes bancaires afin de s’assurer que tout est en ordre. Si ce n’est pas le cas, et que vous pensez avoir été victime d’une arnaque sur internet, il est nécessaire de le signaler immédiatement aux autorités compétentes et à votre banque.

Pour rappel, le hameçonnage est assimilé à une escroquerie et une victime a 3 ans pour porter plainte. Si l’auteur est identifié il risque :

  • 5 ans de prison et 375 000 euros d’amende
  • 7 ans d’emprisonnement et 750 000 euros d’amende s’il s’agit d’une usurpation d’identité d’un service public, d’un agent public, d’un abus de faiblesse ou d’une fausse collecte, notamment caritative
  • La peine peut monter jusqu’à 10 ans de prison et 1 000 000 d’euros si l’escroquerie est commise en bande organisée.

Attention ! La tentative d’escroquerie est condamnée de la même façon qu’une escroquerie. Et ces peines englobent les arnaques sur internet dont fait partie le hameçonnage.(Posez directement vos questions à un avocat)

L’usurpation d’identité est, elle aussi punie par la loi. Ainsi, signaler un phishing peut conduire son auteur à 1 an de prison et 15 000 euros d’amende.

Une question? Des avocats spécialisés vous répondent ! >>

Arnaque internet, les conséquences

Les conséquences d’une arnaque internet sont très souvent financières, la victime risque de voir des sommes importantes débitées de son compte en banque. Si elle a porté plainte et prévenu sa banque dans un délai de 13 mois, celle-ci a l’obligation de la rembourser intégralement. Le phénomène étant de plus en plus régulier, les délais peuvent paraitre longs à la victime.

Attention ! En aucun cas les conditions générales d’une institution bancaire ne peuvent primer sur la loi. Et la loi exige le remboursement des victimes de phishing ou de hameçonnage.