aliénation

L’aliénation parentale ou syndrome aliénation parentale est un principe apparu dans les années 80 aux Etats-Unis. Ce syndrome de l’aliénation parentale est contesté par de nombreux scientifiques. Cependant, l’aliénation parentale que faire reste une vraie question dans certains cas.

Posez vos questions directement à un avocat >>

Aliénation parentale, définition

Utilisé pour la première fois en 1985 par un chercheur américain le terme de syndrome d’aliénation parentale est aujourd’hui de plus en plus utilisé. Ce syndrome de l’aliénation parentale apparaît de façon générale au moment d’un litige entre les parents –une séparation par exemple-. Ce syndrome aliénation parentale vient bouleverser les enfants de 9 à 15 ans en moyenne qui voient leurs parents se déchirer et la parole de la mère ou du père totalement remise en cause par l’autre.

Pris en étau, l’enfant peut alors être victime d’aliénation parentale, c’est-à-dire instrumentalisé par l’un des deux parents (Obtenir l’aide d’un avocat spécialisé). Si de fausses déclarations graves telles que des agressions sexuelles sont très rares, l’aliénation parentale peut conduire à de telles extrémités.

Selon le pédopsychiatre Alan Gardner, inventeur de la formule « syndrome d’aliénation parentale », il existe plusieurs caractéristiques à cette aliénation parentale :

  • Une campagne ciblée de dénigrement d’un parent envers l’autre
  • Un soutien indéfectible de l’enfant au parent dénigrant
  • Une affirmation forte de l’enfant que cette prise de partie vient de lui, et de lui seul
  • La répétition de phrases dites par le parent dénigrant
  • L’arrêt des contacts avec le parent dénigré et / ou toute sa branche familiale.

Attention ! Le syndrome de l’aliénation parentale tel que décrit par Alan Gardner n’a jamais été reconnu scientifiquement. De nombreux professionnels restent encore aujourd’hui très sceptiques sur cette notion

Aliénation parentale que faire ?

Rejetant les théories exposées par Alan Gardner, des scientifiques, chercheurs dans leur grande majorité ont essayé de bâtir une étude approfondie de ce que l’on appelle syndrome de l’aliénation parentale.

Concernant le parent rejeté :

Il peut être une parfaite victime de l’autre parent comme il peut lui aussi participer à cette ambiance néfaste lors d’un conflit. L’enfant peut alors faire le choix de se détacher de ce parent, lui aussi vindicatif et dénigrant sans que cela soit attribué à de l’aliénation parentale.

Concernant l’environnement familial :

L’environnement familial va de fait souffrir de cette situation et tenter de raisonner l’enfant qui a fait le choix de rompre les liens qui le liaient avec l’un de ses deux parents. Cela ne peut pas non plus être assimilé à un syndrome de l’aliénation parentale. Il ne faut pas oublier que c’est l’enfant qui va souffrir en premier lieu de cette rupture. A noter également le possible surinvestissement des nouveaux partenaires des parents qui peuvent participer au conflit. Eux aussi peuvent se poser la question « aliénation parentale, que faire » ?

Les institutions :

Lors d’une séparation, plusieurs acteurs institutionnels peuvent apparaître, comme les juges. Ceux-ci sont formés à l’aliénation parentale et on retrouve cette notion de syndrome d’aliénation parentale dans certaines décisions. Cependant, ces professionnels expérimentés ne sont pas souvent confrontés à cette question d’aliénation parentale que faire, du fait du flou qui entoure cette notion de syndrome aliénation parentale. Tous, prennent des décisions en conscience, selon la loi et le bien de l’enfant

Une question? Des avocats spécialisés vous répondent !

Syndrome de l’aliénation parentale, les décisions de justice

L’aliénation parentale que faire se pose régulièrement pour l’environnement extérieur à l’enfant qui peut observer les ravages provoqués par les conflits familiaux. Si le terme de syndrome d’aliénation parentale n’est pas formellement reconnu par la justice, la loi peut répondre à la question aliénation parentale que faire.

En renforçant le partage de l’autorité parentale conjointe, la loi instaure une vraie coparentalité, un paramètre qui peut éviter l’aliénation parentale que faire. Le code civil a également instauré le principe des liens entre les parents et enfants, y compris en cas de séparation. Un autre garde-fou contre  l’aliénation