L’achat d’une voiture représente un vrai budget, et implique ainsi certains risques pour l’acheteur. En effet, les arnaques à la vente de voiture d’occasion sont nombreuses, sans compter la possibilité de découvrir un vice caché automobile des mois après l’achat… Y a-t-il des recours lors d’un vice caché voiture ? Comment éviter les arnaques à l’achat d’une voiture ? Info Juri fait le point.

Posez vos questions directement à un avocat >>

 Arnaque voiture : comment les éviter ?

L’achat d’une voiture d’occasion est parfois indispensable pour acquérir un véhicule à prix réduit. Malheureusement, les cas d’arnaque à la voiture sont nombreux. Sans parler tout de suite des vices cachés voiture, intéressons nous tout d’abord aux arnaques à l’achat de voiture.

Il faut savoir que de nombreux vendeurs peu scrupuleux utilisent l’arnaque à la voiture pour voler de l’argent à des acheteurs trompés. Bien souvent, l’escroc appâte sa victime en proposant sur internet ou dans les petites annonces une voiture d’occasion au prix très accessible. Il essaie ensuite de soutirer au client un acompte ou de grosses sommes d’argent, sans que la victime ne voit jamais la voiture !

Pour éviter une arnaque à l’achat de voiture, il existe pourtant des précautions simples à prendre, lorsque l’on cherche à acheter une voiture. Voici quelques conseils qui vous permettront d’éviter la plupart des arnaques voiture :

  • Exiger le numéro de téléphone du vendeur : les escrocs à la voiture sont souvent réticents à communiquer leur numéro de téléphone, car ils ne veulent pas être tracés. Pour acheter une voiture d’occasion, exigez systématiquement un numéro de téléphone fixe. Si le vendeur refuse ou éviter le sujet, il s’agit probablement d’un arnaqueur.
  •  Eviter les annonces trop alléchantes : la vente de voiture est très souvent définie par l’argus. Si vous trouvez une voiture d’occasion sans défaut dont le prix est bien en dessous de l’argus, il s’agit certainement d’une tentative d’escroquerie, voire même d’une voiture volée ! Ne soyez pas naïf et évitez les « trop » bonnes affaires.(Demandez les conseils, l’assistance d’un avocat spécialisé)
  • Refuser de payer un acompte : Les escrocs à l’arnaque voiture sont nombreux à exiger un acompte, ce qui est illégal. Ne payez jamais aucun acompte à un particulier, ni à un professionnel. Bien souvent, l’escroc fuit avec l’acompte et ne vous donne jamais de nouvelles.
  • Eviter les transferts d’argent : nombreux sont les escrocs à l’arnaque voiture à opérer depuis l’étranger. Ils exigent systématiquement le recours à un service de transfert d’argent, comme Western Union. Si on vous demande un paiement de ce genre, fuyez ! C’est tout simplement le meilleur moyen pour un escroc de récupérer l’argent en tout anonymat.
  • Refuser le paiement en liquide : privilégiez toujours le chèque ou le virement bancaire pour acheter une voiture. C’est le meilleur moyen de laisser une trace de votre paiement. Si vous payez en liquide, vous n’arriverez jamais à prouver que vous avez bien payé le vendeur.
  • Essayer la voiture : on n’achète pas une voiture sans l’essayer. Prenez le temps d’examiner la voiture d’occasion, mais aussi de roulez avec. Vérifiez que toutes les informations présentes sur la petite annonce sont correctes, et exigez le carnet d’entretien de la voiture pour éviter les mauvaises surprises.
  • Vérifier l’identité du vendeur : n’hésitez pas à demander la carte d’identité du vendeur, et à effectuer la transaction à son domicile. C’est le meilleur moyen de vérifier que le nom et l’adresse du vendeur sont bien sur la carte grise… et donc d’éviter les voitures volées.

Reconnaître un vice caché voiture

Au-delà des arnaques à l’achat de voiture se pose le problème des vices cachés voiture. Il ne s’agit plus d’une volonté de voler votre argent de la part du vendeur, mais plutôt de vous dissimuler un vice caché voiture, de manière à augmenter la valeur de sa voiture.

Il faut savoir que tous les dféfauts d’une voiture ne sont pas considérés comme des vices cachés automobile. Est considéré comme vice caché automobile un défaut :

  • Indétectable à l’achat (voilà pourquoi on parle de vice caché voiture)
  • Suffisamment grave pour compromettre la bonne utilisation du véhicule
  • Existant avant l’achat

Les défauts minimes, comme des griffures sur la carrosserie, ne sont donc pas considérés comme des vice caché dans une voiture de particulier.(Demandez les conseils, l’assistance d’un avocat spécialisé)

Comment agir en cas de vice caché automobile ?

Si vous découvrez un vice-caché voiture, et ce même si la dernière visite technique effectuée par le vendeur n’a rien décelé, voici la marche à suivre :

  • Faites recours à une expertise : c’est à l’acheteur de prouver l’existence d’un vice caché voiture. Le mieux reste de faire établir une expertise par un professionnel.
  • Réagissez avant deux ans : toute poursuite doit être engagée moins de deux ans après la découverte du vice caché voiture.
  • N’effectuez pas de réparation : si vous entamez les réparations, vous ne pourrez plus prouver l’existence du vice caché !
  • Contactez le vendeur : un accord à l’amiable sera toujours préférable à un recours en justice, tout simplement car cela exige moins de temps et d’énergie. Si vous êtes en mesure de prouver l’existence du vice caché, le vendeur du véhicule aura lui aussi tout intérêt à résoudre le conflit à l’amiable.

Les recours en cas de vice caché voiture particulier

Après la découverte d’un vice caché automobile, l’acheteur peut se retourner contre son vendeur s’il est en mesure de prouver l’existence du vice caché voiture. Si la cours tranche en sa faveur, l’acheteur pourra au choix :

  • Convenir à la diminution du prix original de la voiture
  • Annuler la vente (récupérer son argent et rendre le véhicule au vendeur)

Dans certains cas, le vendeur devra également payer des dommages et intérêts, notamment pour couvrir les éventuelles dépenses occasionnées par le vice caché (recours à un expert, frais de stockage du véhicule, etc.).

Une question? Des avocats spécialisés vous répondent ! >>

Video : la garantie légale des vices cachés